Bribes de culture Thaï (1)

En partant vivre dans un autre pays, je pars aussi à la découverte de sa culture si riche et si différente de tout ce qui nous semble « normal » de l’autre côté de la Terre. C’est une drôle de sensation que de réaliser à quel point nos coutumes et traditions nous sont propres et qu’elles doivent également passer, aux yeux des autres, pour des événements vraiment étranges, parfois incongrus. A moi de me mettre dans les yeux du spectateur, curieuse de découvrir dans quel monde je me laisse emporter.

Il faut savoir qu’en Asie du Sud-Est (essentiellement la Thaïlande, le Cambodge, le Laos et la Birmanie) et au Sri Lanka, on utilise encore le calendrier bouddhiste. C’est un calendrier luni-solaire qui date du IIIe siècle. Sa date de départ est le parinirvâna du Bouddha (le moment où il s’est éveillé), fixé à 543 av. J.-C. Pour les bouddhistes, nous sommes donc en 2560.

Venons-en aux faits, pourquoi donc est-ce que je vous parle de ça ?  Ayant décollé de Paris le 12 Avril, je suis arrivée le 13 tôt le matin à Bangkok… prête pour vivre le premier jour de la nouvelle année bouddhique… Quel timing ! Ce nouvel an Bouddhique est également appelé le Festival de Songkran ou Festival de l’eau qui a lieu du 13 au 15 Avril chaque année.

Songkran est un mot dérivé du Sanskrit (langue indo-européenne) qui signifie « se déplacer ». Il correspond à un déplacement de la lune dans le zodiaque provoquant le passage de la saison sèche à la saison des pluies… autant vous dire que la saison des pluies n’était pas encore lancée et qu’elle a débuté uniquement mi-mai. Toutefois, c’est un passage important chez les thaïs qui se fête à grand renfort…d’eau.

Chez les bouddhistes, l’eau est le lien entre le ciel et la terre, la source unique de la vie. Bangkok a donc été construite autour de canaux – les klongs et sur les berges du fleuves Chao Praya.

L’importance de l’eau chez les boudhistes explique également l’architecture de leurs temples: leurs toits en forme de bateau connote encore une fois le symbole de l’eau, source de vie.

Tout comme dans la tradition judéo-chrétienne où l’eau symbolise la purification et le renouveau (baptême, bénitiers, sources miraculeuses…) et dans la religion musulmane avec les grandes et petites ablutions, l’eau, en plus d’être source de vie, est également symbole de pureté et de purification par excellence chez les bouddhistes. C’est sur ce principe que Songkran est basée. Pendant ces trois jours, les fidèles viennent arroser les pieds des statues de Bouddha dans les temples et verser sur ces statues de l’eau parfumée.

Dans les rues, c’est une toute autre ambiance ! S’en donnant à cœur joie et à raison de pistolets à eau géant et de seaux, c’est à une bataille d’eau géante que j’ai assistée !Derrière cette ambiance bonne enfant se cache donc une réelle signification mystique : se lancer de l’eau revient à se libérer des malheurs de l’année passée et de purifier les corps et les esprits pour l’année à venir. A en croire les deux jours consécutifs que j’ai passée… je n’ai jamais été aussi purifiée 😉

J’ai passé la première journée avec Charlotte, la volontaire que j’ai rencontré à Bangkok, et nous avons partagé notre première bataille d’eau avec Lucas et Nicolas, deux jeunes voyageurs sillonnant l’Asie en vélo couché sur 6 000 Km pour effectuer des reportages pour l’association Enfants du Mékong : un voyage inspirant !

Dans la rue, c’était donc un joyeux mélange de locaux et de touristes pris au piège, de jeunes enfants et de plus âgés, tous armés de pistolets plus ou moins gros, ou tout simplement de seaux d’eaux bien plus efficaces ! Ce fut une journée au cours de laquelle, malgré la fatigue du voyage, l’adrénaline m’a fait tenir debout et nous nous en sommes donnés à cœur joie !

Le lendemain, Songkran battait toujours son plein et c’est dans une autre ambiance que nous avons décidé de le célébrer : nous avons rejoint deux pères italiens qui vivent dans un quartier reculé de Bangkok, juste à côté du bidonville de Klong Toei. Ces deux pères xavériens s’occupent des enfants des bidonvilles en organisant des activités et en essayant de les placer dans des foyers d’accueil mais également auprès des personnes malades en les soutenant par des visites régulières.

Ce fut intimidant de découvrir ce que j’appellerais les « dessous de Bangkok », loin des rooftops branchés et des hôtels luxueux qui bordent le fleuve. Ici, dans de petites ruelles escarpées vivent des dizaines de famille, entassées dans des maisons sans lumière. Les enfants n’ont pas la vie rose : leurs parents sont drogués, en prison ou dans un état de pauvreté tel qu’ils ne peuvent subvenir aux besoins de leurs enfants. Cela arrache le cœur de voir ses enfants livrés à eux-mêmes mais le temps de Songkran, il n’y avait plus que des rires et de la joie derrière les visages que nous avons croisés… quelle journée !

Toute l’après-midi, nous avons donc rendu visite aux différentes familles du bidonville. A chaque maison nous attendaient les salutations de rigueur « Sawadee kha » et à plusieurs reprises, les maîtresses de maison se sont approchées de nous avec de l’eau parfumée pour nous en verser sur les mains en nous souhaitant une heureuse année. En plus de l’eau, les enfants se baladaient avec de petits seaux remplis d’une pâte argileuse dont ils ont bien pris soin de nous enduire le visage. Bien sûr il y a également eu les  (nombreux) seaux d’eau à la figure, les courses poursuites avec des pistolets à eau et puis parce que sinon, ça ne serait pas drôle, la fin de l’après-midi s’est terminée toute habillée dans une piscine… Sacrés Thaïs ! Je crois qu’à ce moment précis, j’ai réalisé que j’étais à dix mille lieux de Paris et des paisibles berges de la Seine que j’avais quitté 48H auparavant…

Affaire à suivre!

Je vous embrasse,

Mélanie

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s