Zoom sur le bouddhisme: un peu d’histoire

Je crois que je suis partie pour un sacré voyage, à la travers le temps, l’histoire, à travers une toute nouvelle culture mais aussi dans une quête spirituelle. Il n’y a pas de chemin facile quand on parle de foi. Miguel de Unamuno disait qu’une foi qui ne doute pas est une foi morte. Alors en partant, je suis aussi partie à cette rencontre-là, me posant des questions sur ce en quoi je croyais, quelle était vraiment la religion dans laquelle j’avais été élevée, et quelles étaient ces autres religions que je ne connaissais pas.

Y a-t-il de meilleure façon de découvrir un pays, une culture et une religion que de se plonger au milieu de ses habitants ? Ici, j’essaye d’oublier nos codes occidentaux, nos traditions religieuses, d’effacer l’ardoise pour réapprendre la loi du pays, comprendre leurs habitudes, leurs réactions, la signification de leurs rites et comment cela influence leurs personnalités et caractères.

Pour parler de la culture Thaï, je parlerai donc d’abord du bouddhisme qui semble apporter beaucoup de réponses aux questions que je me pose.

Je ne vous apprendrai rien en vous disant que la Thaïlande est un pays majoritairement bouddhiste. Le bouddhisme est omniprésent, incarné par les temples disséminés un peu partout dans le pays et à travers les coutumes et croyances des habitants. La doctrine du bouddhisme est aujourd’hui un style de vie à part entière, une religion et une philosophie fortement ancrées dans l’histoire et la culture des thaïlandais.

Il est difficile de parler du bouddhisme sans parler de l’hindouisme dans lequel il prend sa source et encore plus difficile de parler d’un bouddhisme global car il en existe plusieurs branches, témoins de différentes époques et implantées dans différents pays.

L’hindouisme est né dans la vallée du Gange il y a plus de 2000 ans et rassemble aujourd’hui 80% des habitants de L’Inde. Avec plus d’un milliard de fidèles, c’est la troisième religion de la planète après le christianisme et l’islam. La notion de « religion » comme on l’entend dans la culture judéo-chrétienne s’applique difficilement à l’hindouisme. En effet, celle-ci est organisée de façon très différente : il n’y a pas d’église centralisée. Les hindous croient en l’autorité du Veda (textes sacrés) qui, selon la tradition, furent révélés aux sages par voie orale (il n’y a pas de texte écrits) par Brahma, puissance mystérieuse qui régit l’univers, adorée et vénérée sous d’innombrables formes.

Il existe une multitude de divinités dans l’hindouisme (330 millions) mais on retient trois grandes divinités se détachent du lot : Brama le créateur, dieu à 4 têtes, Shiva le destructeur et Vishnu le conservateur qui remet de l’ordre.

 Le but ultime de l’hindouisme est la recherche de la délivrance afin de sortir du samsara (cycle des existences terrestres des réincarnations) et de s’unir avec Brahman tout en respectant le dharma (loi morale, l’ordre du monde qui s’impose à nous). En Inde, le Dharma est lié à l’existence des différentes castes pour lesquelles le dharma est différent.

Le bouddhisme fut fondé par Siddhârta Gautama en 556 avant l’ère chrétienne dans le nord de l’Inde. Jeune prince faisant partie de la caste la plus élevée, son avenir était tracé : il devait succéder à son père le Roi Suddhodana. Lors d’une excursion, le jeune Siddhârta découvre l’existence de la souffrance par la rencontre d’un vieillard, d’un mourant, d’un malade et d’un religieux errant. Il abandonne alors le destin souhaité par son père, quitte le palais familial et s’engage dans une vie de sage, en quête de l’éveil. Il crée alors la voie du milieu, la voie qui mène au nirvana par la méditation et enseigne à ses disciples le Dharma : les quatre nobles vérités incarnant la voie spirituelle à prendre afin de se détacher de la souffrance et atteindre l’éveil, le Nirvana.

Bouddhistes et Hindous ont comme point commun de considérer la vie terrestre comme cyclique (le samsara). Ils croient en la réincarnation et en l’existence du Karma. Celui-ci est la somme des actions que nous avons faites dans nos vies antérieures. Il détermine notre présent. Aussi, les personnes ayant mal agit dans une vie antérieure sont « punies » dans la suivante. Cependant, même si cela mène à considérer que les malheurs d’autrui sont mérités, il n’y a pas de fatalité. La personne punie pour ses mauvaises actions peut se racheter et préparer une vie meilleure en respectant le Dharma (= code moral de comportements et obligations sociales). L’idéal bouddhiste et hindouiste est donc similaire : se délivrer du cycle des réincarnations – cesser de vivre pour atteindre le Nirvana, la béatitude. Les différences résident alors dans la manière d’atteindre le Nirvana: tandis que l’objectif ultime de l’hindouisme est la fusion avec l’absolu, le « nirvana » auquel aspire le bouddhiste est « l’extinction » de ses désirs, une sorte de repos absolu où il s’agit d’arrêter de créer du Karma, même s’il est positif, par la sagesse et la méditation. Ainsi la « vérité » selon Gautama, est toute simple : la souffrance prend son origine dans le désir qui ne peut être comblé. Pour échapper à cette terrible destinée et pour entrer dans un état de paix éternelle, l’homme doit s’élever au-dessus de ses désirs par la méditation et la compassion. En effet, le terme « bouddha » signifie « l’éveillé » : il ne décrit pas une seule personne mais l’état qu’à atteint Siddhârta qui est le bouddha le plus connu. Chacun peut donc atteindre l’état de bouddha en suivant la voie du milieu.

Il est important de préciser qu’il existe plusieurs courants bouddhiques. En Thaïlande c’est le bouddhisme Hinayana (en particulier Theravada) qui est le plus répandu tout comme au Laos, au Cambodge et en Birmanie tandis que le bouddhisme Mahayana est plus répandu en Chine et au Vietnam. Ces deux courants observent quelques différences dont une majeur : pour les bouddhistes Mahayana, l’éveil consiste à dépasser la dualité samsara / nirvana en accédant à un état de conscience qui mène en définitive au Nirvana mais n’est pas le nirvana lui-même. Il existe dans le bouddhisme Mahayana la notion de Boddhisattva qui sont ceux qui étaient sur le point d’atteindre l’éveil en s’appuyant sur les trois éléments importants du bouddhisme (Bouddha, Dharma, Sangha) mais qui, par souci de bienveillance et de compassion, ont souhaité aider les autres êtres sensibles à s’éveiller et trouver leur délivrance tout en continuant leur propre éveil.

Les piliers du bouddhisme :

  • Le Dharma : la loi de Bouddha, représenté par la roue de la loi
  • Sangha : La Communauté des moines

C’est la Communauté formée de disciples fervents du bouddhisme qui ont reçu l’ordination majeure et qui suivent l’ensemble des règles pour mener une vie pure et harmonieuse suivant l’enseignement de Le Bouddha. Ils servent d’exemples et de guides pour aider les autres à comprendre la Doctrine (Dharma) et à suivre le bon chemin du vrai bonheur. Il existe aussi des novices (ils intègrent la communauté pour une durée limitée). Ils vivent grâce aux dons des fidèles. Afin de récolter ces dons, ils organisent des processions chaque jour afin de recevoir les offrandes (nourriture, argent…). Certaines familles pauvres font également rentrer leurs enfants au monastère afin qu’ils y bénéficient d’une éducation.

  • Bouddha lui-même.

Bouddha peut-être représenter de plusieurs manières : sous un visage humain à travers une statue, par une fleur de lotus, symbole de l’impermanence de la vie, à travers un trône vide ou encore représenté par une empreinte de pied. Il faut savoir que dans les croyances bouddhistes, certaines statues de Bouddha ne sont pas juste une représentation de Bouddha mais incarnent Bouddha lui-même. Afin de conserver l’esprit de bouddha à l’intérieur de la statue, les fidèles doivent apporter des offrandes chaque jour : fruits, eau, fleurs, viande, encens. C’est aussi pour cela qu’il est très important pour les bouddhistes de ne jamais s’assoir dans un temples les pieds en direction de la statue ce qui constituerait une offense à Bouddha.

 Si vous avez envie d’en apprendre un peu plus sur le bouddhisme, n’hésitez pas à consulter ce site qui me semble répondre à de nombreuses questions :  http://www.buddhaline.net/Pour-comprendre-le-bouddhisme-en

1 commentaire

Répondre à Audrey S Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s